Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page Link to an image of this page [F2r p83]

Voisinage peut rendre mal.[1]

LVIII.

La riviere portoit deux pots,
De terre l’un, l’autre de cuyvre,
Qui dit au foible tels propos:
Viens pres moy ton chemin poursuyvre.
Je ne te veux (dit l’autre) suyvre,
Link to an image of this page Link to an image of this page [F2v p84] Ny aucunement approcher:
Car tu ne me lairrois plus vivre,
Si me laissois toy toucher.

commentaires.

Une riviere, estant beaucoup engrossie, trainoit a-
vec soy deux oules ou pots, l’une de cuyvre, l’autre de
terre. Celle de cuyvre invitoit l’autre s’approcher
de soy, fin que joinctes elles peussent mieux resister
la violence de l’eau. Celle de terre luy respondit, Je
n’ay que faire de ta voisinance, elle me seroit par trop
nuisible & dommageable: car si la violence des ondes
nous faisoit choquer l’une contre l’autre, moy, misera-
ble, m’en irois en pieces, & toy tu ne sentirois aucun
mal. L’Apologue d’Esope est tout semblable cest
embleme Nous sommes appri par ce discours ne ne-
gocier jamais, ny avoir compagne ou societ avec plus
grand que nous. car il nous en prendroit mal.

Notes:

1. See Avianus, Fables 11; Erasmus, Adagia 32, Aliquid mali propter vicinum malum.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top