Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [G7v p110]

Aller où Dieu appelle.

LXXVII.

Sçais tu que denote Mercure,[1]

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [G8r p111]

Sur des pierres pres de la voye:
Et qui de la monstrer prend cure,
A fin que nul ne se fourvoye?
Il veut dire, que Dieu pourvoit
En ce mondain chemin, les hommes.
Sans son ayde, on s’esgareroit
En tant de faux sentiers où sommes.

commentaires.

Les chemins fourchus, qui se divisent en trois ou
quatre diverses voyes, rendent le voyageur merveil-
leusement perplex & incertain. C’est pourquoy an-
ciennement en ces quarrefours ambigus, on eslevoit
sur des pierres une statue de Mercure, ou plustost
seulement depuis la ceincture en haut, laquelle avec
son doigt ou ses doigts designoit pour où aller estoyent
les chemins qui se presentoyent, Aujourd’huy encor,
en la Chrestienté, en plusieurs Croix il y a des batons
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [G8v p112] ou liteaux qui enseignent les-dits chemins. Et encor
souvent il n’y a que des chevrons ou autres pieces de
bois, plantees en terre, qui servent à celà mesme. Les
payens avoyent accoustumé d’attacher ou apposer à
ces Mercures des bouquets & chappelets de fleurs.
Le plus dangereux trivie ou chemin fourchu, c’est ce-
luy qui se presente souvent à nos ames. Dieu nous
face la grace de nous addresser & conduire tousjours
au droit chemin de ses statuts & ordonnances, & ne
permette jamais que nous nous en esgarions.

Notes:

1.  Mercury was, among his many other functions, the god of travellers.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top