Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [C7v p46]

DIVORCE DE MARIAGE, PAR DISCON
VENANCE DES PARTIES.

Dond vient cela, que forte Artillerie
En gros tonnerre, & grand petillerie
Souvent se rompt: & se brise total
Un si gros corps, & de si dur metal?
Est ce pourtant que les contraires choses,
Ne peuvent estre ensemble à force closes?
Quand la chaleur debat à la froidure,
Et la mollesse, à la qualité dure,
La secheresse, à moicte relanteur.
Legiereté, à grave pesanteur.
Car comme chault-humide soit le Soulphre
Le froid, & sec Salpetre point ne souffre.
Dur, & poisant est le metal de fonte.
Mol, & legier est feu, qui tousjours monte.
Ces qualitez contraires (ce vray semble)
Ne peuvent donc longuement estre ensemble
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [C8r p47] Que tout soubdain ne partent de leur lieu
Par violence, avec grand bruyt, & feu.
Ainsi en prend d’une jeune fillette
Humide en suc, en chault sang vermeillette,
Legiere en feu de Venus, prest à prendre,
En blanche chair, & delicate, tendre.
Quand mariée elle est, tout en despit
De ses amours, à un vieil decrepit:
Sans suc tout sec, sans chaleur refroidy,
D’eage pesant, d’os dur, de nerfz roidy.
O qu’il est bien malaisé que tous d’eux
Soyent longuement assemblez: & que d’eux
Ne soit en fin rompu le mariage,
L’un enflambé du feu de malle rage,
L’autre du feu de luxure bruslant.
Avec grand bruyt du peuple mal-parlant.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top