Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [G3r p101]

SUSPICION NE SOIT EN
MARIAGE.

Grande Beauté que l’amour tant appete,
Rendit Procris belle Dame, suspecte
D’estre adultere à Cephal son mary
Estant jaloux, d’ond depuys fut marry.
Cephal aussi pour appeller souvent
Le doux souspir de l’Aure, c’est le vent,
Suspicion il donna à sa femme
D’estre avec l’Aure un adultere infame.[1]
Luy donc, par dons, de sa femme esprouva
La chasteté, & tant feit, qu’il trouva
Que chasteté par presens est à vendre.
Et en cerchant ce que trouvé surprendre
Il n’eust volu: sa femme ainsi perdit.
Qui fugitive es grandz bois se rendit.
Ou espiant son mary à la chasse
Pres d’un buysson, couchée en terre basse
Occise fut du dard infortuné
Qu’a luy avoit elle mesme donné.
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [] Car luy pensant, par le bruyt du Ramage
Que d’elle fust quelque beste sauvage:
Jecta le dard: qu’elle en son corps receut.
Ainsi tous deux Jalousie deceut.
Et telle fin malheureuse eut en eux
L’amour loyal, mais suspicionneux.
Soit donc pour loy de Mariage estable,
De l’Empereur Caesar, ce dict notable.
Un mariage heureux en bonne estime
Doibt estre exempt, non seullement de crime:
Mais bien aussi de la suspicion
De crime exempt, sans nulle fiction.[2]

Notes:

1.  Cephalus, King of Athens, was married to Procris. In most versions of their tragic tale, he has an affair with Aurora (Eos), not Aura, the breeze. See Ovid, Metamorphoses, 7.690-865. Perhaps vocat (line 4) would be better reading than vocant: ‘For he calls often upon the soft cooling of Aura’.

2.  Another allusion to the “Caesar’s wife” story, see Aneau’s emblem Emulation Pour Prendre ([FANb021]).



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top