Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H2v p116]

FUTILITE, PAILLARDISE, ET
AVARICE DES PUTAINS.

De danaus les Filles, (qui cinquante
En nombre estoient) par hayne à mort picquante
Tous leurs mariz tuarent une nuyct.
Comme ilz prenoient avec elle deduyt.
D’ond elles sont es enfers condamnées
A telz tourmens, & peines ordonnées:
Que fleuves soient par elles espuysez,
Dens des vaisceaux fenduz, & pertuisez.
Lesquelz jamais remplir est impossible.
Car l’eau en coule, ainsi comme d’un crible.
Ainsi la Pute est un persé vaisceau,
Fendu, rompu, & mal tenant son eau
Qui par tout coule: & qui rien seur ne garde.
Soit que l’esp’rit, ou le corps on regarde.
Quant à l’esp’rit: nul secret ne retient.
Et quant au corps de Venus ne s’abstient.
Oultre cela son trou qui tousjours bailhe,
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H3r p117] Son avarice escriant tousjours. Baille.
Comme vaisceaux insatiables sont,
Que l’on ne peut remplir, n’y trouver fond.
Femme Paillarde, & qu’on ne peut saouler:
Par espuyser tousjours, & puys couler:
(Comme la fable en ceste image enseigne.)
Son homme tue, & jusqu’à mort le saigne.
Tousjours espuyse: & ne semplit pourtant.
Elle est vaisceau, & le vaisceau portant.
Vaisceau qui à bouche tout espandant:
Rien de secret, rien chaste ne gardant,
Tousjours puysant sans avoir suffisance.
Pourtant icy est l’image en substance
De putaniere Avarice, & Luxure,
Insatiable, & de Bouche mal seure.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top