Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H8v p128]

LA REPUBLICQUE.[1]

Voyez icy par merveilleuses fins
Ces Nautonniers transmuez en Daulphins
En une nef prinse, & enveloppée
De l’hyerre, & vigne à l’entour attrappée.
Laquelle iceux voyans estre en hazard
De periller: la gouvernent par art.
En l’advanceant à force de ramer:
Puys tout soubdain se gectent en la mer.
Et à la fin tous Daulphins ilz deviennent.
Qui la navire en tourmente previennent.
En pouppe assis est un Dieu coronné
D’un chappellet de pampes bien orné.
Qui en poissons faict muer ces humains.
Et l’un d’iceux l’adore à joinctes mains.
Sur le Tilhac, & au long des rivages
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [I1r p129] Fuyantes vont noires bestes sauvages.
Morallement ceste Image on applicque
A figurer la bonne Republicque,
Souvent en grandz affaires attachée:
D’ond ne peut estre aisement depeschée.
Premierement l’Eglise prie Dieu
Hault resident en son celeste lieu.
Puys les Seigneurs par police civile,
Sont gouvernans tout le corps de la ville.
Lesquelz convient aux hommes estre amys
Comme Daulphins, Poissons ou Dieu a mis
Amour de l’homme: & tant le Peuple aimer:
Que les Daulphins aiment hommes en mer.
C’est à savoir que le Magistrat aime
Son peuple, autant que sa lignée mesme.
Et ne doubter quelque fois se plonger.
Corps, Vie, & Biens, en eminent danger
Pour delivrer, par telle fortitude,
Sa Republicque hors de la Servitude.
Car pour l’amour des hommes se ruer
A fond: c’est bien en Daulphin se muer.
Le Peuple apres chascun en sont [=son] estat
Fait son labeur: ce que le Potestat
A ordonné: met en oeuvres, & faictz.
Et ayde donne à conduire, le faix.
Et les mauvais inhumains sont punis:
Ou dechassez de la ville, & banniz.
Quand donc de Sainctz, & vrais Adorateurs
Du treshault Dieu, & d’Administrateurs
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [I1v p130] Qui aimeront les hommes citoiens
Marchans loyaux, travaillans Plebeiens,
Sera la ville, ou Cité bien garnie:
L’ors s’en ira cruelle Tyrannie.

Notes:

1.  The ‘ship of state’ is the oft-cited metaphor put forth by Plato in book VI of the Republic, calling for rule by philosopher-kings. It has been reproduced and satirised numerous times, including the humourous boat song in Bernstein’s version of Voltaire’s “Candide”.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top