Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [k4v p80]

Tout ect [=est] commun à ceus qui bien s’entr’ayment.

QUi a recouvert un bon amy s’est acquis un heritage
inestimable: car les vrais amis sont vrais freres, &
nous leur devons honneur & respect, comme à petits Dieu [=Dieux] ,
ils sont plus utils en adversité que l’abondance des riches-
ses: Et comme entre amis tous biens doivent estre com-
muns, celui travaille pour soy-mesme qui travaille pour
son amy. L’integrité duquel s’espreuve par le temps, com-
me au feu se fait essay de l’or: Mais s’il est une fois acquis,
il le faut conserver, en l’aymant comme nous-mesmes,
& luy donnant la libre disposition de tout ce qui est no-
stre, jusques aus autels, c’est à dire, la religion, & l’honneur
saufve. Ceus ne sont vrais amis qui ne cerchent que leur
utilité. Si tu veus estre aymé, ayme non le bien, mais la
personne à qui il est: car qui ne fait conte que du prouffi-
table n’a nulle partie d’humanité, il faut en cecy se con-
siderer soy-mesme: Chacun s’ayme pour le bien qu’il se
veut, non pour en tirer recompense: Il faut avoir mesme
esgard en amitié, autrement elle sera deffectueuse. Le
chois y est d’importance, & y faut faire election de per-
sonnes qui meritent d’estre aymées: celles là le sont qui
ont en elles les causes de parfaitte amitié: comme est la
pieté, l’erudition, la courtoisie, & autres vertus excellen-
tes. Est à noter, qu’amitié ne peut estre contractée fors
entre gens de bien: car le consentement de volonté, &
l’accord d’intention entre meschans & profanes, ores que
pour un temps il y ait quelque stabilité, doit proprement
estre appellée conspiration.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [l1r p81]

XXXII.

AMICORUM OMNIA COMMUNIA.[1]

Faisons hommage à Dieu de nostre ame asservie,
De nos biens, de nos jours, avec devotion:
Et puis abandonnons, mais soubs condition,
Au pays, aus amis, les moyens & la vie:
Car bien que pour l’amy l’amitié te convie
D’espandre, sans esgard, tout ce dont tu jouys,
Et qu’un mesme devoir t’oblige à ton pays,
Si faut-il qu’en ces deus pieté soit suyvie.

Notes:

1.  A Pythagorean dictum, from Terence, Adelphi (Act 5, sc. 3, line 17), quoted in Erasmus, Adagia, 1.1.1.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top