Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [n4v p104]

Le Courtisan vit en heureus mal-heur.

QUi suit la cour, & en meine la vie, se repaist d’une
douce aigreur, & viande pleine d’amertume: Sa li-
berté mesmes est captifve, & se trouve chargé de fer &
de ceps bien dorez: On le peut estimer miserable en la
splendeur de ses serviles voluptez. Que s’il vouloit ou
pouvoit conferer les plaisirs du Courtisan, avec le desdain,
l’ingratitude & l’arrogance des grans à qui il sert, il juge-
ra sa condition n’estre meilleure que celles des misera-
bles esclaves, & des forsaires subjects à mille rigueurs &
insolences. Mal-heureuse est la felicité qui de libre qu’est
l’homme le rend subjet aus passions vitieuses de quel-
que insolent, sans autre appointement que d’une vaine
esperance qu’il luy sera fait du bien, ou plustot qu’il aura
l’impunité de ses meffaicts, ce qui les fait plus hardiment
plonger en ses voluptez, qui sont les fruits ordinaires de
la vie de Cour, lesquels produisent en fin le mespris, l’in-
gratitude, la langueur, & une trop tardifve repentan-
ce. Nous entrons en ceste vie pour joüir de liberté: & com-
me toute servitude est onereuse, elle se rend intolerable
lors qu’elle nous assubjectit à personnes arrogantes & ma-
licieuses. Aussi ne peut estre dict libre qui ploye soubs les
commandemens de femme ou d’enfant, & qui n’ose les
desdire en leurs volontez desreglées. Concluons que la
condition est miserable, & le jugement corrompu de qui
se submet volontairement à ce joug: & que d ailleurs il
n’y a or n’y argent qui ne cede en prix & valeur au meri-
te de liberté.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [o1r p105]

XLIIII.

VITA AULICA SPLENDIDA MISERIA.[1]

La suitte de la Cour est plaine d’amertume:
Le singe Courtisan s’y garotte captif,
Soubs l’or d’un triste joug il se courbe chetif,
Et d’un succré poison se repaist par coustume:
Au [=Aux] bigearres humeurs des grands il s’accoustume;
Mais ainsi que les trous des vaisseaus punisseurs
Trompent le long travail des Beleïdes seurs,
La vanité de Cour flateuse le consume.

Notes:

1.  Cf. Alciato, ‘In Aulicos’ ([FALa111], and corresponding emblems).



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top