Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [o3v p110]

Franche de mort est la seule Vertu.

TOut ce qui se considere en ce monde est subject à s’a-
neantir & corrompre: la force, la santé, les richesses,
les dignitez, & generalement tout ce qui rend le train de
ceste vie plus aisé se change soudain, & s’esvanoüit en un
moment comme le trait d’un esclair: car rien n’est per-
durable en nature: Partant le sage fait estat de la seule
Vertu comme d’un tresor permanent: Aussi certes si nous
en fraudons ceste mesme vie bresve & transitoire, c’est
sans raison que nous l’appellons vie. Nous ne nous cognois-
sons point en l’enfance: car lors nous ne faisons que be-
gayër: La jeunesse nous rend estourdis: Le milieu de no-
stre aage, & lors qu’en quelque virilité le jugement nous
est donné, se trouve enveloppé d’une infinité de travaus
& soucis: Nostre declin rencontre en front la vieillesse
chagrine & langoureuse, qui nous meine par sa main ca-
duque à la fin de nostre cours. La beauté se flestrit sou-
dain: la joye & les esbats s’escoulent ne un clin d’oeil: la
la joüyssance des biens nous est debatue, & n’a rien de cer-
tain, mesmes en les retenant nous n’en avons qu’une char-
ge d’esprit. Les forces de nature s’affoiblissent par la for-
ce des maladies: la pauvreté nous talonne, qui nous cou-
vre de mespris: Rares sont les amis. Bref disons que le
ciel ne couvre chose en laquelle nous puissions arrester
l’anchre de nostre asseurance: car nous sommes le butin
de la mort. La seule Vertu nous fait eschapper tous les
hasards, & nous garantit de l’oppression de tous ces def-
fauts. Elle est immortelle, & qui adjuste sa vie à son es-
quierre la redouble, voire la perpetue à jamais.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [o4r p111]

XLVII.

SOLA VIRTUS EST FUNERIS EXPERS.[1]

L’homme judicieus n’anchre son esperance
Au port mal asseuré de mondaine grandeur,
Des honneurs, des estats qui coulent de roideur,
Et qui n’ont de bonté qu’une vaine apparance.
Ce sont foibles appuis, pipans nostre ignorance
A qui severement le destin les ravit:
Mais le sage-prudent qui se les asservit,
Possede sa vertu en durable asseurance.

Notes:

1.  The image depicts Virtue on the left, at least two of the Fates (Clotho the spinner and Atropos the cutter), Death with his sand-clock, and perhaps Lachesis, the alotter of destinies (the third Fate).



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top