Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [B2v]

Insuffisance.

Moy pauvre chien de ma nature
Sy hastif suys à devorer,
Qu’en recepvant ma nourriture
Je ne l’ose pas savourer.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [B3r]

LE pain qu’on jecte à ung grand chien mastin
Il le devore & mange sans saveur,
La gueulle bée il accourt au butin,
Pour de morceaulx estre prompt recepveur,
Il ne prend goust ny à pain ny à chair:
Tous ses morceaulx avalle sans mascher,
Pour retourner aux aultres plus soubdain.
Tout ainsi faict l’homme avare & mondain,
Qui prend des biens sans gouster & taster,
Il serre tout pour plustost se haster,
De retourner gaigner des aultres biens,
Jamais ne peult son vouloir contenter,
Tout ce qu’il a ne luy suffit en riens.
★Et toutesfoys le chien se rasassie,
En quelque temps, mais l’avaricieux
Ne peult oster des biens sa fantasie
Car d’en gaigner est tousjours soucieux,
Mais dequoy sert ceste grande abondance:
Vauldroit pas mieulx honneste suffisance.
Pour se nourrir? que tant grandes richesses,
Que l’on aquiert en peines & destresses
En grans labeurs & obstinez travaulx?
Meilleur seroit: car ayez beaulx chevaulx,
Terres, maisons & tout ce que vouldrez,
Or & argent & les montz & les vaulx,
Dedans cents ans certes n’en jouyrez.

Notes:

1.  Cf. Erasmus, Parabolae, drawing on Seneca, Epistolae Morales, 72.8.


Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top