Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H5v]

Deffiance non moins utile que prudence.

Le fin regnard appercevant les pas
De mainte beste allant à la tasniere
Du fort Lyon, en reculant arriere
Dict à part soy, certes je n’y vois pas.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H6r]


QUant on veult bien entreprendre ung affaire
On doibt penser à ce que l’on doibt faire
Et regarder le dommage ou prouffit
Qui en advient, comme le regnard feit,
Lequel passant par devant la caverne,
Ou le lyon habite & se gouverne,
Cestuy lyon le convia de boire
En sa maison, en luy faisant à croire
Qu’il ne debvoit de luy tant s’estranger,
Mais la semonce estoit pour le manger,
Ce qu’entendoit assez bien le regnard,
Lequel luy dit, compere dieu me gard
D’aller vers vous, je suys assez scavant
Pour esplucher ce qu’on dict bien souvent,
Que qui void mal à son proche advenir
Comme pour soy luy en doibt souvenir.
J’ay veu entrer une trompe de bestes
N’a pas long temps au lieu la ou vous estes
Je voy les pas comme elles sont entrées,
Mais non les pas comment sont retournées,
Dont je conclus que je n’y doibs aller.
Ainsi nous faict entendre à son parler
Celluy regnard, que ne debvons ensuyvre
Les imprudens, qui par faulte de vivre
Bien sagement, sont tous les jours deceus,
Comme il appert des bestes cy dessus.

Notes:

1.  Cf. Aesop, Fables (Chambry edition, 1927), no. 196.


Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top