Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L5v]

Faire ce qui et condecent à beaulté.

Qui bien regarde au mirouer se [=sa] semblance
Il à de soy perfaicte congnoissance
Qui se congnoist en ce mondain passage
Il est de tous estimé comme sage.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L6r]

UNg jour passé Socrates regardant
Ses escolliers qui ung mirouer ardant
Tenoient en main, auquel par longue espace,
Chascun d’iceulx se regardoit la face,
Aulcuns desquelz la nature avoit faictz
Beaulx de visage & de membres parfaictz,
Les aultres laidz difformes de visage
Mal composez de membres & corsage:
Socrates doncq aux beaulx adolescens
Dict ses propos: mes enfantz je consens
Que vous miriez, mais gardez qu’aulcun vice
Vostre beaulté macule ou enlaidisse,
Gardez vous bien qu’aulcun villain peché
A vostre cueur soit mis & attaché,
Car la beaulté qui au mirouer se monstre
Nulle seroit, ains vous feroit ung monstre.
Puis dict aux laidz: Enfans qui vous mirez
Si vous n’avez beaulté que desirez,
Faictes vous beaulx de l’habit des vertus,
De cest habit debvez estre vestus,
Si n’estes beaulx exterieurement
Soyez tresbeaulx interieurement,
Ceste beaulté pour quelque temps qu’il face
Ne change poinct jamais de bonne grace,
Tant plus se cache & plus se monstre belle,
Tant plus est vieille & plus elle est nouvelle.

Notes:

1.  For this story attributed to Socrates, see Diogenes Laertius, De clarorum philosophorum vitis, 2.33. Cf. La Perriere, Theatre, no. 37 ([FLPa037]).


Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top