Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E1v p66]

Sur l’Araignée selon Anarchasis.[1]

Contre les juges favorables.

Petite mouche au corps subtil & mince
Volant fut prise aux rais d’une araignée:
Mais le bourdon d’autres mousches le prince,
Passa tout outre & rompit la trainée.
Un seigneur grand en avoir & lignée
Franc les files de noz juges traverse:
Mais cil qui a la fortune indignée,
Dedans leurs neuz & detours souvent verse.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E2r p67]

Narration Philosophique.

LAncienne malice est du viel tems
venue jusques a nous, de ceux qui
deliberés de s’employer en ce qui
regarde l’administration de la chose pu-
blique, s’entretiennent tant ordement
en leurs magistras, que seulement se sou
cient de leur profit. Or si l’equité est cel-
le qui demande toutes choses droites &
immuables, si telle est la raison du droit
quelle [=qu’elle] ne se peut ne plier par faveur, ny
rompre par force, ny violer par argent:
il semble étre fort convenable à la religion
des juges de guarder tousjours en don-
nant leur sentence une equalité, & d’a-
voir tousjours une méme face es juge-
mens: comme il est dit de la vie de Socra-
tes
. Et si aucun a la vengence des crimes
ayme mieux resembler à soy qu’aux
loix, & ordonnant les peines des malefi-
ces est plus tot meu par faveur ou cho-
lere, que par justice: quelle peste peut é-
tre plus capitale en la republique que ce
personnage. Aucuns sont severement pu
nis, les autres en pareil cas à peine sont
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E2v p68]appellés. On donne seurté & asseurance
en la ville aux méchans, & ceux ausquelz
pour quelque bienfait on devroit par
arrest constituer état en quelque Pryta-
née
,[2] souvent sont amenées au prochain
danger de leurs honneur & vie. Et à la
mienne volunté que noz Juges autant
studieusement se proposassent de retenir
la vertu, & ne fussent non plus ebranlés
par faveur & bienveillance de leur office,
que Hercules, lequel comme dit Xenephon ne
peut onques étre persuadé par volupté.
Car celuy qui on courrouce ou amy ordon-
ne quelque chose ne gardera jamais la me-
diocrité qui est entre trop & peu. Mais
quel égard pourront avoir à justice ceux
qui en vuidant les proces suivent la vo-
lunté & face du puissant, & par la seulle
pecune mesurent la majesté des jugemens.
Si le paouvre a quelque incident avec le
riche, & que de long tems puissent pre-
voir le peu de droit du costé du riche: la
chose se menera de sorte, que par longueur
& pour ne donner acces au paouvre, le
mettront en facherie & ennuy: ou de-
tourneront les pieces de la cause en tel
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E3r p69]lieu, qu’on ne les verra jamais. Et non
sans cause Anacharsis le Scythien faisoit
conference de notre mode de juger avec
les rets des aragnées. Car tout ainsi que
les grosses mouches que nous appellons
tahons, facilement traversent les toiles
des aragnées: mais les petites & grelles
demeurent prises dedans ses las: ainsi les
hommes paouvres, encores qu’ilz soient
honnétes & de bonne foy à peine échap-
pent ilz les détrois des juges. Mais ceux
qui ont la fortune à souhait, facilement
se deploient de telles trainées. Or si pour
excuse de leurs cas ilz alleguent que pour
quelque maladie d’esprit, ou pour n’oser
justement ordonner contre les riches, ilz
usent de ces jugemens depravés, y ne
son [=sont] pourtant hors de céte accusation. Car
ou il faut soutenir le fais qui leur est im-
posé par le peuple & les princes, ou me-
ner vie privée en la maison. On à trouvé
plusieurs ausquelz encores qu’ilz fussent
de courage bas & petit, n’a éte trouvé à
blame de n’entreprendre quelque faction
perilleuse & grande. Mais ne pardonne
pas à ceux, qui enflammés & distrais par
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E3v p70]passions a la chose publique. Car il vaut
mieux quiter honnétement une digni-
té, que sans honneur verser en l’état. Com-
bien que ce conseil ne nous soit grande-
ment necessaire, au quel la clemence
des princes apporte tant d’heur & de
bien, que par tout l’authorité de ver-
tu & justice surmonte. Et s’il se trou-
vent aucuns tant braves & forts, que
sans craindre ordonnent contre les ri-
ches & puissans, ilz se peuvent asseurer
d’avoir les princes non seulement lauda
teurs mais adjuteurs de leurs entreprises.

Notes:

1.  Anacharsis the Scythian (note misspelling by Coustau, corrected in the commentary): an ancient philosopher, sometimes included as one of the Seven Sages, source of about 50 sayings. Note that this is attributed to Diogenes the Cynic in the corresponding Latin emblem (Diogenes Laertius wrote about Anacharsis in the Lives of the Philosophers, 1.101).

Prytaneis: the supreme magistrates of Athens, members of the boule, served for a term (a prytany).


Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top