Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E6v p76]

Liberté.

Vivre comme tu voudras.

Je suis bien sot d’endurer cet anneau
Qui tant m’etraint & me serre le doit.
Pour quelque pris tant soit il riche ou beau
Vendre ou donner liberté ne se doit.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E7r p77]

Narration Philosophique.

FAisant quelque fois discours sur le
tems, j’eusse volontiers demandé,
qui sont les deux choses qui en céte
vie plus sont desirables à l’homme, &
plus luy apportent de plaisir? En quoy
combien qu’il soit fort mal aysé, que ce-
luy qui y veut mettre jugement ne s’a-
buse, si me semble qu’il ne s’elongnera
fort de la verité s’il mét liberté en con-
te de celles qui plus attirent l’homme à
foy. Car pour ne toucher à l’avarice (la-
quelle combien elle peut sur les hommes,
il est tout clair) liberte au rapport de
tous a tousjours eu tant de pouvoir, qu’il
ny a esprit bien né qui voulut jamais
etre asservi a autruy. Et en ce degré ont
éte les anciens philosophes, qui s’ayant
proposé l’état des Rois, assavoir d’user
de liberté, & ne servir à personne, ont
suyvi la sentence qui met les puissances
empires & choses externes de sous l’hom-
me, & prefere loisir a tout. Car y a il
chose tant haute & magnifique, que de
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E7v p78]rejeter ce, pour lequel obtenir les uns
sont miserablement tourmentés de cu-
pidité, les autres pour ne le perdre vi-
vent en crainte & defiance. Et au con-
traire avoir cela pour seul bien, pour le-
quel l’esprit du sage vraiement se peut ap
peller riche. Et certes ceux donnent gran-
de & incroiable signification de vertu,
qui mettent cela en leur esprit de contem-
ner magistras, n’apeter gloire, n’estre é-
pris des faveurs & bonadiés du peuple:
ains se plaisent seulement en la liberté &
repos de leur maison. Aussi entre les no-
tres je loüe grandement aucuns auquelz
combien que nature n’ait failly, leur a-
yant donné douceur de voix, fermeté
de cotés, & moyen de parler coulant &
fluide brief les ayant tellement instruis,
qu’avec louange & grans profis pour-
roient se trouver aux cours: neantmoins
se sont retirés de leur bon gré des juge-
mens & plaideries: n’estimant rien plus
proche a l’homme Crétien, que d’appli-
quer le fruit de son loysir à la cognoissan
ce des choses grandes, ou au moins ne se
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E8r p79]delecter en ce, que les indoctes, & autres
gens plus sages a leurs avis qu’au ju-
gement des autres, ont pour chose bon-
ne & desirable. Et comme je pen-
se cela est grand & louable de preferer les
choses basses & petites acompagnies
d’un repos aux grans étas des princes: &
quasi Royal & plein de quelque libera-
lité de pouvoir par un repos consoler sa
tenuité domestique: laquelle autrefois
tant a frapé au coeur de plusieurs, qu’ilz
ne se sont doutés de mespriser la libera-
lité & bienfais des princes craignans que
pour recevoir tel plaisir ilz seroient domma-
ge & perte de leur liberté. Or est du tout
miserable la condition de ceux, qui se don-
nent a la volunté d’un autre. Car il ne leur
est permis vivre a leur avis ou leur tour-
neroit a deshonneur s’ilz ne se rengeoient a
ceux, sous la domination & pouvoir des
quelz se sont mis. Et pour laisser tous au
tres inconveniens, y a il chose moins libera
le, que d’étre tant dependant des affections
d’autruy, qu’on ne puisse ou rire, ou pleu
rer, ou songer sinon a l’appetit d’autruy:
& quasi abandonnant les passions de son pro
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E8v p80]pre esprit, n’étre touché que du sentiment
d’autruy: de son odorat, de son gout,
de ses yeux seulement odorer, gouter
& regarder. Et, qui est le pis de tout,
ces paouvres gens sont contrains d’étre
non seulement témoins, mais participans
de méchans actes: & souvent ou par hon
te, ou par pusilanimité approuvent ce
que tousjours au paravant ilz avoient bla
mé. De ma part combien que de telle ma-
niere de servitude je sois voire de nature
eloigné, tant elle me deplait, que ny pour
l’honéteté de celuy auquel il faudroit o-
beir, ny pour la grandeur des profis je ne
la pourrois onc approuver. Et pour le fai
re court, celuy, comme dit Plato,
me semblera sage, qui ne dependra d’al-
lieurs, & n’atachera en choses externes
la façon de bien & mal vivre. Car qui
pour obeir a autruy aura fait un cas mé-
chant, il gaigne cela qu’en fin celuy mé-
mes pour lequel il a commis le cas s’en
moque.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top