Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F4r p87]

A la statue des Dieux Paliques.[1]

Contre les perjures.

Les anciens en leurs temples ont mis
C’éte [=Céte] statue aux Paliques sacrée,
Pour demontrer que ce n’est cas permis
Rompre la foy à Dieu faite & juree,
O paouvre moy en si rude contrée,
Ou métier n’est que de soy perjurer:
Et ou se voit qu’en cause deplorée
Contre sa foy chacun peut procurer.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F4v p88]

Narration Philosophique.

EN Cataigne ville de Sicile sont
deux fleuves nommés Delles, qui
anciennement ont éte en grand ve
neration vers les habitans: pource que
l’antiquité estimoit que d’eux les freres
Paliques étoient issus & venus en la lu-
miere du monde. Car Thalia grosse de
Juppiter, se doutant que Juno ne luy feit
quelque mauvais tour, pria Juppiter que
à ce besoin la terre s’ouvrit sous elle.
Quoy fait, avint par volunté divine,
qu’au terme de l’enfantement les freres
Paliques sortoient de terre, & du bien-
fait de Juppiter eurent vie. Ceux cy com-
me je croy, pour leur integrité ancienne-
ment étoient appellés temoins quand on
prétoit le serment: & telle étoit la forme
des parolles que si la condition sous laquel
le étoit fait le contrat avenoit, ce de quoy
on convenoit par serment, seroit baillé
en y adjoutant aussi un répondant, qui
recevroit le tout sous sa foy. De quoy
chacun peut juger non seulement par
les écritures saintes. Mais aussi par les
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F5r p89]profanes, perjure avoit tousjours éte ju-
gé cas fort detestable, & me semble que je
diray la verité en cecy ce que donnoit an-
ciennement mauvais bruit aux nations
de Grece, étre aujourdhuy retumbé sus les
procureurs des sieges & cours. Car tout
ainsi que la vielle Grece a tousjours éte
reputé maitraisse de toute discipline, &
Athénes inventrices de bonnes sciences
& neantmoins n’ont jamais eu le bruit
de bonne foy & integrité: mémes qu’en-
vers eux tant étoit vulgaire ce proverbe.
Donne moy ton temognage pour la pa-
reille, que ceux qui entre eux n’enten-
doient la langue Greque, pour le grand
cours de ce proverbe le sçavoient par
coeur: aussi combien que nous puissions
appeller les cours theatre de toutes disci
plines, il seroit toutefois difficile d’entre
ceux qui sont leans nommés procureurs,
trouver un auquel peut donner titre de
foy & honéteté. Car qui contre le ser-
ment par eux preté en public reçoivent cau
ses mechantes qui en fraude des paouvres
creanciers qui par delais impetrés du ju-
ge font differer le payement de justes som
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F5v p90]mes a un tas de renieurs de vielles détes
qui en cause inique ne veullent passer
condemnation: qui par petites promesses
& tricasseries (comme dit Varro) obscur
cissent les choses claires: quelle espere
d’honesteté telles gens semblent appor-
ter à la plaidoirie. Mais comme aux Phe-
nisses
d’Euripides, Ethercles pense que
s’il est jamais permis de violer le droit
c’est pour pervenir au Royaume:[2] es au-
tres choses faut étre homme de bien: aussi
ces personnages la gardent religieusement
les jeunes & ceremonies des fétes. Et à
bonne cause: & font grande conscience
de violer la foy, si non que s’il est question
d’argent: pour laquelle encores que Dieu
& les hommes en deussent étre avertis, ilz
voudroient entreprendre tout combat.
Car il [=ils] ne haissent tant l’infamie qu’ilz
ayment l’argent, qui leur est plus ayma
ble & en pris que nulle autre chose. Ce
que je ne veus étre dit pour ceus qui en
plaine audience jurent faucement que pour
pervenir à quelque magistrat ilz n’ont
baillé aucune chose. Je dy seulement
qu’ilz donnent bien peu d’esperance de soy
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F6r p91]a l’exercice de leur dignité, qui par tel
perjure ont consacré le commencement
de l’office. Car que conviendra il esperer
de ceux qui à l’entrée d’un beau magi-
strat se sont souilés de tel crime. Et pour
tant ne se faut ébair si juges tant deplo-
rés & infames ont souvent praticiens de
méme marque, & note de perjure mini-
stres certes dignes de leurs maitres &
colonnels.

Notes:

1.  The Palici: sons of Jupiter and the nymph Thalia (or Aetna), worshipped at Palica in Sicily, as enforcers of oaths.

2.  Eteocles, in Euripides’ play The Phoenician Women, refuses to give up the throne of Thebes, although he had agreed to share it with his brother, Polynices.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top