Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F6v p92]

A la statue de Juppiter selon Homere.

Le cueur d’un Roy git en la main
de Dieu.

Arreste toy viateur & contemple
De ce pourtrait le memorable exemple:
C’est Juppiter qui aux Roys tient école
Et les enseigne & leur chante leurs roolle.
Ou c’est qu’un Roy d’esprit autre qu’humain,
Devroit tenir à son regne la main.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F7r p93]

Narration Philosophique.

GRavement comme toutes autres
choses, Homere fait les Roys &
grans seigneurs disciple du Dieu
immortel & quasi de son école venant
au gouvernement des affaires: à fin que
tous entendent que les princes non seu-
lement sont appellés par Dieu à leurs
royaumes, mais aussi que plus que les au-
tres hommes appartiennent à la provi-
dence divine. Car ce a semblé étre le meil-
leur au seigneur, que comme il les avoit
plus elevés en dignités que les autres, au-
si [=aussi] il leur departit plus largement les dons
de constance, magnanimité & telles autres
vertus. Car quelz devroient étre ceus la
sans lesquelz la republique ne peut étre
debout, & soubz l’etablissement desquelz
le gouvernement de plusieurs nations
est maintenu, & de telles choses qui se
pourra acquiter avec louance, je l’estime
ray comme instruit de la main de Dieu.
Or en cela toutes les nations ont consen
ti, qu’il y eut sur les autres un qui com-
mandat, & auquel on obeit: par lequel
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F7v p94]aussi céte loy regente & maitresse, que
nature premierement a fait naitre en noz
cours fut entretenue pour avec elle si bien
convenir, qu’à bon droit peut étre nommée
loy parlante. Car qui est la maison, qui est
la gent, quelle societé humaine se peut ja
mais conserver en sa grandeur sans un
qui commande? Si étoit il anciennement
que telle maniere d’Empire se deferoit
au [=aux] plus sages & sains personnages: ce qui
avoit lieu en la republique de Romme,
quand les Roys y commandoient. Car
les hommes suyvans en cela l’industrie
de nature bailloyent seulement les Ro-
yaumes à celuy, qui en quelque vertu ex
cellente passoit les autres: à ce que sa sa-
gesse non seulement luy apportast lou-
ange, mais aussi profitat à tout le peuple.
Et non seulement aux Medes, comme dit
Herodote, mais aussi envers les autres na
tions, on avoit acoustumé d’établir gens
de bien au royaume pour garder la justi-
ce. Car les petis foulés par les puissans,
ce retiroient en la protection d’un, pour sor
tir hors de ce peril. D’ou avient que de bon
coeux les citoiens luy obeissent, & l’ho-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F8r p95]norent plus religieusement: ce que ce grand
legislateur Charondas ordonnoit en ces
loix mémes Plato mét au nombre des
Geans, ceux qui resistent aux actions
des magistrats. Pourtant les gens do-
ctes qui ont mis leur loysir à mettre par
escrit les fais des grans princes, nous les
ont decris tant abondans de toutes louan-
ges tant en guerre que’n [=qu’en] paix, que plus
sembloient nous mettre devant les yeux
un qui fut paint par quelque Dieu, que
celuy qui auroit vécu sous la loy de na-
ture. En quoy l’excellent Xenophon nous
ayant donné l’historie d’Agesilaus à
compris en un livre toutes les louanges
qui se peuvent dire d’un grand prince:
& beaucoup de tems au paravant Home
re enrichit tant sont [=son] Ulysses de tous or
nemens de sagesse que plus tost ce per-
sonnage semble avoir éte donné aux hommes
par le grand benefice de Dieu qu’avoit
éte né comme les autres. Or qui est celuy
qui lisant Virgile, ou on voit les meurs
& vie d’Aeneas ne juge Aeneas venir
frenchement de l’école de Dieu à l’ad-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [F8v p96]ministration des affaires? De la vient que
Dieu en Esaie appelle Cyrus le premier
son messias: a fin que chacun cognoisse que
ceux qui gouvernent principautés & em
pires: sont venus à tel degré par la grace
& faveur de Dieu. Car comme dit ce sa-
ge Nestor en Homere, Juppiter leur a fait
tel honneur, mem és [=mémes] plusieurs voys ont
passé les hommes prives par miracles &
signes: faisans ce qui approche de la divini-
té. Et Vaspasianus Proconsul de Surie
appellé par la gendarmerie Empereur,
est dit avoir rendu la veüe à un aveugle,
& santé a un lepreux, ce que jamais au-
paravant telle dignité n’avoit songé de
luy. Aussi Pirrus Roy des Epirotes com-
me on lit aux histoires, guerit plusieurs,
en les touchant. Je laisse à dire beaucoup
de choses des treschrétiens Roys de France,
pource qu’elles nous sont pour la multi-
tude des exemples trop familieres des-
quelz quasi toutes les nations reçoivent
grands profis en fortes & obstinées
maladies.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top