Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [K4r p151]

On cognoist l’homme à la parolle & non à la robe.

De Diogene.

Cil qui veult un vas acheter,
Pour en avoir certaine preuve,
Deux ou trois foys le fait tinter,
Et au seul son le juge & preuve.
Puis qu’en parlant l’homme se treuve,
Et la voix donne témoignage,
De la vertu du personage,
Pas ne convient au vétemens,
La richesse, ou autre apennage,
Faire d’un homme jugement.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [K4v p152]

Narration Philosophique.

CEux qui achetent vaisseaux de po-
terie, pour ne tumber apres le con-
trat perfet en peine de demander
audience aux Ediles, ont de coustume de
de [=de] les faire tinter, & par telle preuve se
mettent hors de la tromperie d’un ven-
deur, qui par façon mal honéte cele le vi-
ce de la chose vendue. Desquelz la pruden-
ce je voudrois que ceux imitassent qui
se méllent de faire jugement d’autruy. La-
quelle chose si au jourd’huy tumbe en
different, ou jéte l’oeil non pas sur la rai-
son, qui est celle qui seule nous separe
des bétes, mais seulement sur la robe
& le patrimoine. Car qui n’estimera ce
citoien brave, qui ne luy fera la reveren-
ce, s’il a bien de quoy? Qui ne jugera ce-
luy digne de visitation, faveur, & com-
pagnie, qui à grandes possessions? Qui
ne luy rendra ample temoignage de ver-
tu, s’il otre passe en biens & credit? Or en
achetant leurs pots de terre, les marchans
auront égard au son: & les hommes qui
par otroy de nature, soutiennent ces bon-
nes parties de sapience & cognoissance
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [K5r p153]des choses grandes, ne reguarderont pas combien
l’homme differe de l’autre en parlant? Le beau &
plusque royal dire d’Alexandre à Diogenes, si je
n’étois Alexandre, je serois content d’étre Dioge-
nes. Mais l’autre paraventure parle plus bravement,
qui dit le sage n’étre inferieur à nul homme, seule-
ment étre moindre que Juppiter. Car la sagesse jéte
ses racines, & multiplie, & accompaigne l’homme
outre la mort: mais ce que nous appellons les biens
de fortune, & du cors tumbent incontinent, & lais-
sent plusieurs, au milieu de la vie, & tous également
apres la mort. Et tout ainsi que Cato disoit s’emerveil
ler grandement, qu’un Augur ne rioit quand il ren-
controit un autre Augur, aussi à bon droit peut étre,
se pourroit on émerveiler, pourquoy celuy qui est
riche & fortuné, ne se prent à rire quand il voit un
autre riche comme luy. Car comme ceux qui jou-
ent quelque personnage aux farces pour la nouvel-
leté de la robe qu’il faudra incontinent laisser, font ri
re celuy qui les rencontre, ainsi les grands seigneurs
accompaignés de hallebardiés & autre suite de bar
bares pourroient faire pitié aux Heraclites, mais,
peut étre, feroient rire un Democrite parce que
apres avoir passé le cours de céte vie, ne seront en rien
plus braves que ceux qui sont de la lie du peuple.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top