Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [K7v p158]

Contre ceux qui méprisent les Docteurs de droit.

Exemple de legiereté.

Plusieurs on voit aveuglés, d’ignorance
Qui en jugeant d’une herbe aromatique
Ne donnent pris qu’à l’odeur & fragrance,
N’estimant rien leur usage & pratique,
A guerisons receüe & authentique.
Telz sont pour vray mains legistes nouveaux,
Qui pour ne rompre ou charger leur cerveaux
Ne louent riens en droit que la parolle:
Dont il advient que telz asnes & veaux
Es grandes cours sont au bout de leur roole.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [K8r p159]

Narration Philosophique.

CEux qui nous ont écrit plus copi-
eusement ce que jadis ilz avoient
eu des premiers Jurisconsultes, ne
sont peut etre tant estimés d’aucuns, par
ce que sans ornement & fleur d’oraison,
& souvent par parolles mal propres &
innovées à leur plaisir ont baillé à la po-
sterité la science de droit de tant de bon-
nes Phrases éclerée comme d’etoilles.
Ausquelz le vice de leurs tems est suf-
fisant pour moyenner pardon. Car que
pourra apporter au droit civil, qui par
faute de maitres n’a peu gouter l’eloquen-
ce. Lesquelz s’ilz fussent nés de notre
tems, eussent peut étre en toute louan-
ge d’eloquence surmonté ceux, qui bla-
ment leurs écris comme horrides & mals
liés. Et combien que comme Cicero dit,
métre par écrit ses cogitations, & ne les
pouvoir disposer & enrichir par parol-
les, & ne delecter en sorte quelconque le le
cteur c’est l’office d’un homme abusant sans
mesure du loisir & des létres: si ne veux
je mepriser le dessain de ceux qui laissans
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [K8v p160]ces enrichissemens de parolles, se sont du
tout emploiés à la gravité & poix des
sentences, & ne me meut tant la loquacité
d’aucuns sans usage, & quasi une chan-
son scholastique, que je veulle preferer
céte furieuse façon de parler sans aucun
sujet aux livres de ceux, qui n’usans de co
pie d’oraison, ont traité les choses docte-
ment & selon l’art. Car qui est la chose
tant sote ou plus semblable, à enfance
que d’user de force d’oraison, & quasi ex
citer des flambeaux de parolles, sans y
méler sentence ou chose sujete? Et souvent
la controverse d’un mot les tourmente à
leurs écholes, étans plus cupides de conten
tion, que de la verité: & ne louent riens,
si non ce qu’ilz esperent pouvoir imiter.
Ilz parlent en leurs auditoires à bon-
nes gens, mais par avanture peu exerci-
tés au droit Civil. Ilz font clameurs
en plains theatres, & appellent ces vieux
maitres de droit à gage de bataille.
Mais il est fort facile de vaincre les mors & non
contredisans. Ilz jétent leurs livres écris
sans ornement de parolles hors la famil-
le du droit: à la lecture desquelz ilz ne
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L1r p161]mirent jamais tems ne peine. Et tout ain
si que l’ignorance d’aucuns disciples de
Socrates a separé Philosophie, & l’elo
quence & les autres sciences digne d’un
homme liberalement nourri, qui avoient
éte conjointes par ses disputes: aussi il y
en a aujourd’huy aucuns, qui pour leur
plaisir versans es létres humaines, parce
qu’ilz n’ont esperance de pouvoir prendre
la grande varieté qui se trouve dedans
les Jurisconsultes nouveaux, laissent céte
science si non difficile, à tout le moins am
ple & grande: & se reposent sur le nom
de Jurisconsulte seulement. Et s’il entre-
prenent tant de vouloir serrer le droit de
dans les bornes des vieux livres: & s’ilz
ont opinion que nulle chose peut tum-
ber en different qu’elle ne se puisse vuider
par les anciennes loix ne me trouveront gran
dement adversaire & repugnant à eux.
Car a mon avis, il ne faut pas fermer le
passage à telle industrie. Mais c’est autre
chose de l’écolle & huille, & autre chose
de la poudre & du palais. Car à ceux qui
parlent d’un poupitre, les fins du droit
se semblent respandre fort au large d’au-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L1v p162]tant qu’ilz ne sortent jamais du parc de leur scien-
ce. Mais ceux qui sont nommés en la republique
Jurisconsultes, & font profession de répondre à tou
te question proposée, ilz cognoisent fort en quel
détroit verse la science legale. Ausquels si nous
pouvons persuader cela: encores auront ilz grande
louange si de leur bon esprit, ilz peuvent vuider
les causes & proces selon la raison. Mais souvent
nous voyons des causes qui n’ont aucune similitu-
de & societé à loy quelquonque, toutefois par céte
méme loy il est facile de persuader celuy qui se lais-
se mener. A quoy les nouveaux Jurisconsultes à mon
avis semblent avoir apporté grand appuy, prouvans
par plusieurs lieux & inductions ce que par une
loy ne se pouvoit colliger. Car combien que cha-
cun ait son opinion en répondant, il faut toutefois
confesser, que par leurs livres nous avons grand
moyen à faire cela avec honneur. Mais si je m’a-
dresse à ces petis legistes, ou cas que je luy repugne,
il ne pourra passer outre, ou si je me laisse manier,
si devra il penser, que j’attribue céte persuasion mien
ne non moins à son opinion qu’à la science. D’ou
vient qu’ilz taschent d’amener en la Jurispruden-
ce ce qu’ilz bláment aux anciens.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top