Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L2r p163]

Sur Castor & pollux.

Amitié fraternelle.

L’un des enfans de la belle Leda
Avoit le don de l’immortalité,
Mais part d’icelle à son frere ceda,
De son franc coeur & liberalité.
C’est le saint droit de consanguinité
Qui inventa des freres l’union,
Leur enjoignant honnéte egualité,
Et de tous biens une communion.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L2v p164]

Narration Philosophique.

LEs anciens ont mis au ciel un bra-
ve monument de retenir & conser-
ver l’amitié, à fin que les hommes
qui habitent la terre contemplans les
choses celestes, s’approchassent de l’ordre
& convenance des astres par bon moyen
de vivre. Car les freres Tyndarides, des-
quelz nous voyons les étoilles au ciel,
anoblis par leurs victoires & triumphes
tant par mer que par terre, ont tant sain-
tement guardé les drois de sang & d’ami
tié, qu’ilz ont laissé les Poëtes temoins
immortels de leur bienveillance, & se
sont acquis tant de gloire, par telle con-
jonction, qu’en apres elle à éte approuvée
par le témoignage de tout le monde. Donq
Pollux communiqua liberalement son
immortalité à Castor ja mort, & pour se
montrer honéte envers son frere, il ne re-
fusa de mourir jour apres autre. Pourtant
entre les deux étoilles nommées Gemini
l’un disparant, l’autre commance a luire
& ont tous deux éguale portion & soci
eté de vie. Lequel exemple doit grande-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L3r p165]ment valoir à conserver l’amitié & com
munauté entre les freres. Car qui est la
chose plus excellente pour la dignité d’u
ne famille, ou plus convenable pour l’am
plification, de leur état & bien, & aussi
plus accordante à la loy Crétienne, que
d’entretenir egualité perpetuelle entre
freres? Car tout ainsi qu’anciennement les
empires florissans sont tombés & de-
cheus par civiles dissensions: ainsi la lu-
miere de quelque famille que ce soit est
obsurcie par les inimitiés des freres: &
ne peut longement durer la maison, qui
est par opinions differentes poussée ça &
la, comme par tourmente & vagues. Or
il est des gens fort modestes à porter les
offenses de leurs amys, ceux mémes ne
voudroient faire la moindre perte de
leur bien pour l’amitié: auquel s’ilz ont
quelque dommage, ne craignent à entrepren-
dre toutes inimitiés contre leurs amys.
Car atant veulent conserver leurs amys,
moyennent que leur patrimoine n’en soit
amoindri. En leur endroit se salver avec
adjection de consanguinité, cela est repu
té tenir lieu de frere: bailler la main, se don
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L3v p166]ner l’acollade, & se convier à souper l’un
chés l’autre, c’est reputé un signe fort no-
table d’amitié & bienveillance: mais si
en tels affaires tu demandois étre secouru
d’eux par quelque prét, ilz n’estiment
appartenir ny au sang, ny à l’amitié de
t’ayder en quelque chose. Ceux qui sont
de telle sorte non seullement je ne les auray
pour amys & parens, mais en telle inhu-
manité je ne les jugeray hommes, & beau
coup moins Crétiens, qui en pieté & ju-
stice ne peuvent répondre aux payans:
lesquels (comme dit notre Seigneur) de
leurs biens & richesses subviennent à l’in
fermité des paouvres. Pourtant à ce que
je ne sois veu courroucé à eux. Je leur
donne (comme dit Perse) au matin le
change, apres diner le bordeau.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top