Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L8r p175]

Sur Antigenidas consolant son disciple.[1]

Ne prendre point du peuple badault.

Cesse ton soin, abandonne tristesse,
Laissant à part ce rude populaire:
Suffise toy mon plaisir & lyesse
Et que ta muse à moy seul puisse plaire.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [L8v p176]

Narration Philosophique.

ANtigenidas donnoit bon coura-
ge à son disciple tout honteux &
quasi entrant en déespoir, de ce
que ses chans ne plaisoient au vulgaire,
& que sa harpe ne se trouvoit propre
aux oreilles du peuple. Car si aucun est
loué de plusieurs, ce n’est pourtant à dire
qu’il est excellent en quelque chose. Mais
en cela faut attendre le jugement des do
ctes, desquelz qui pourra avoir l’appro-
bation, lors à bon droit sera jugé avoir
acquis gloire & honneur en la science. Si
n’etaignit Antimachus la chaleur, de ses
études, encores qu’une fois disputant de
choses grandes, fut delaissé par toute l’as-
semblée excepté Platon. Car il estimoit
Plato assés grand teatre de ces disputes:
luy étant ce seul personage au lieu de tous.
Car tout ainsi que l’opinion d’ignoran-
ce que les indoctes ont sur aucun n’est
permanente: aussi ny a chose plus insigne
ny plus stable à obtenir gloire, que d’étre
loué de celuy qui est excellent en quelque
chose. Car ceux qui proposent en leur
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [M1r p177]vie de faire choses grandes & difficiles,
& ont cela en l’esprit de penser les cho-
ses hautes, faire les bonnes, & porter ce
qui adviendra, ilz sont tant aptes d’eux
mémes, qu’en eux mettent toutes leurs
actions, & n’ont la façon de leur vie a-
tachée au jugement de l’indocte popu-
laire. Et comment pourra celuy étre nom-
bré entre les grands, qui en toutes ses af-
faires suit non pas la raison pour enseigne,
mais le peuple accordant à tous vices?
Or des choses qui se font avec vertu, la
fermeté est si grande, qu’elles gardent leur
authorité en tous aages. Car il est fort
difficile, qu’il ne se trouve en tout tems
un qui n’ayt témoignage de vertu. Mais
ce qui git en l’opinion & la garde du po
pulaire, ne peut étre que glissant & ca-
duque. Car de la memoire de noz peres,
choses quasi innumerables ont éte te-
nues pour vrayes, lequelles aujourd’huy
sont reprouvées. Et aux sciences qui ont
principallement éte batie d’observation,
nous avons eu de noz majeurs beaucoup
de choses de main en main, lesquelles sont
evanouies par la silence ou contraire usa-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [M1v p178]ge de la posterité. Car nous avons si gran
de inclination a contredire l’un à l’autre
que souvent repugner à autruy plait, en-
cores qu’il ny [=n’y] ait cause. Et tout ainsi que
ce méchant Herostrate n’ayant fait cho-
ses digne de souvenir, & voyant que sa
memoire mouroit a la posterité, la consa-
cra par bruller le magnifique temple de
Diana d’Ephese: aussi plusieurs n’esti-
ment qu’il y ait entrée à la vraye gloire,
que par defaire ce qu’ilz ont eu de leurs
peres, & comme on dit en proverbe creu-
vent les yeux aux corneilles. Car par ce
qu’ilz ne peuvent se consoler de l’esperance
de la posterité, & ne sçavvoient guarentir
par quelque beau fait leur obscurité de
l’injure de mort, s’attaquent par faits
& par écrits à ceux qui anciennement ont
acquis immortalité de nom.

Notes:

1.  Antigenidas, a Theban flute-player and poet in time of Alexander.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top