Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [O3v p214]

Tailler la mort.

Moderation en tributs.

La mort ne peut payer tribut ne taille,
Necessité ne permet que l’on donne:
Qui trop en veut, alieurs chercher en aille
Qui n’a ne peut. La Loy ainsi l’ordonne.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [O4r p215]

Narration Philosophique.

C’Est une chose belle, & certes
royalle, que ceux qui tiennent em-
pires & gouvernemens, se puis-
sent à bon droit vanter de ce que ce grand
Duc des Hebreux Moise disoit de soy à
notre Seigneur, qu’il avoit éte tant soi-
gneux du profit des particuliers, qu’il ne
luy étoit jamais avenu de prendre un
asne, ou un cheval d’eux. De quoy aussi
les saintes létres long tems apres louent
Samuel, qu’en la charge qu’il avoit euë
du peuple des Juifs, & au maniment des af-
faires de la religion avoit appliqué son es-
prit, sa diligence & tous ses sens a l’utili-
té & soulagement des petits. Et aussi a
bon droit on louë Aratus de Sicione, le-
quel ayant delivré sa ville opprimée de-
puis cinquante ans par la force de plu-
sieurs tyrans, emprunta grands deniers
de Ptolomée Roy d’Egypte, a fin qu’il ra
chetat les possessions qui jadis transferées
de la main des justes seigneurs, étoient
aujourdhuy tenues en titre coloré par he-
redités achats, doires ou autrement: &
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [O4v p216]sans faire tort aux detenteurs assigna à
un chacun ce qui luy afferoit. Par telle
equité avint que ceux de qui les biens a-
voient éte publiquement mis à l’enchere,
recouvroient ce qui leur apartenoit: & les
autres qui par long temps avoient eu la
jouissance des choses compensoient l’evi
ction des choses par l’argent qu’ilz en
recevoient. En quoy on cognoit vraye-
ment le coeur d’un grand prince, ainsi s’e
loigner du droit, qu’il ne face tort à per-
sonne. Telles gens comme nous les louons
à pleine bouche, aussi c’est chose villai-
ne & odieuse, qu’un Achilles dedans Ho
mere
reproche a Agamemnon riche Roy
devant toute l’assemblée des Grecs, l’a-
varice & villenie: & qu’il appelle celuy
qui devroit soulager ses sujés Roy vora-
teur de peuple, & plus avare qu’homme
qui vive. Car tout ainsi qu’il n’y a chose
par laquelle les magistrats gaignent plus
tot l’amitié & bienveillance du peuple
que par continence & liberalité: aussi
certes ceux gatent les fondemens des vil
les qui par le dommage des suiés, & inju-
stes subsides veullent augmenter leurs
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [O5r p217]richesses. Et ne pourra certes bien com-
mander celuy, qui n’aura mis en obly
son profit. Qui, si en l’aise & bon heur
des siens estime faire son profit, il ne se
fera onc croire, que ce qui en la commu-
ne calamité & dommage du peuple est
retranché de l’avoir des petits, puisse val-
loir a l’enrichir. Mais a l’imposition des
subsides & tailles guardera la mediocri-
té, qui est entre trop & peu: de sorte qu’il
ne luy defaudra rien a son état, & aussi
ne molestera trop son peuple.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top