Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Q4r p247]

Sur les tablettes d’Hipparchus ou mareschal de camp.[1]

Toutes choses sont nues & ouvertes à Dieu.

Un Hipparchus exerceant son office
Parmy le camp s’en va secretement:
Et d’un chacun le crime & malefice
Note à par soy, & lors incontinent
Escrit le tout en tables, tellement
Qu’il n’en omet un seul sans le punir.
Aussi noz maux passez & à venir.
Sont au Seigneur chose vieille, & cogneuë.
Il nous faut donc de pecher retenir
Puisque de tous les fais luy sont en veuë.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Q4v p248]

NARRATION
Philosophique.

CEux qui se sont essaiés d’aneantir
par leurs disputes l’eternelle provi
dence de Dieu immortel, estimoient
qu’il n’y auroit chose plus convenable
pour attirer les autres à leur erreur que
de precher de tout leur pouvoir l’impu-
nité & franchise, à tous crimes, & qua
si par une espece d’utilité amieller l’in-
docte populaire. Car si la vertu divine
est estimée cligner les yeux aux méfais
& villenies des hommes: si elle ne se
meut point pour noz bienfais ou de-
merites: si elle ne se soucie des choses in-
ferieures: qui est celuy tant bien né, qui
avenant quelque facherie & trouble d’e-
sprit, n’enrage voluntairement, ou qui
ne soit épris de quelque volupté de pe-
cher? Car tout ainsi que Pythagoras
disoit, lors la pieté & autres vertus
dominer en noz espris, quand nous
nous adonnons aux choses divines:
aussi qui ne se metra voluntiers à mal
faire, quand il pensera que Dieu ne re-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Q5r p249]guarde point noz actions? Pourtant
le saige Thales disoit, qu’il faloit que
tous estimassent que les Dieux reguar-
dent toutes choses: & que tout est plein
de Dieux. De quoy par necessité avi-
endra, que nous serons meilleurs, &
plus pres à toutes offices de vertu. Or
par ce que grande est la force de la con-
science (comme dit Ciceron) en toute
les deux parties, il avient qu’aux gens
de bien le souvenir de la vie bien me-
née est joyeux. Mais a ceux qui se seront
adonnés a mechanceté leurs fautes se pre
sentent devant leurs yeux, qui les guar-
dent d’aspirer l’air du ciel sans douleur &
crainte. Et ne se trouva jamais homme
tant insigne en mechanceté, qui ne crai-
gnit quelque chose de la vengence divi-
ne. Mémes celuy qui avoit spolié tous les
temples de Grece, nommé Dionysius,
étoit si troublé de ses crimes, qu’il esti-
moit le tourment jour & nuit étre de-
vant ses yeux. Et en céte dissolution de
méfais n’ota pas la providence divine.
Car apres avoir volé le temple de Locri,
navigeant heureusement à Saragose[2], dit
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Q5v p250]à ses amys, voyés vous comme les dieux
donent prospere naviguation aux Sa-
crileges. Et combien qu’il abusat de la
patience & bonté de Dieu à mépris, si
confessoit il une prescience, cure, & pro-
vidence de Dieu es choses humaines,
laquelle contient tout par sa grandeur.
Car non pourtant si les hommes diffa-
més par tous vices ménent heureuse
vie, faudra incontinent dire, que Dieu
tout puissant ne voit telle méchanceté,
ou qu’il ne s’en soucie.

Notes:

1.  The details of this scenario are unclear: Hipparchus might be used here as a generic name. One possibility is Hipparchus of Euboea, a partisan of Philip of Macedon noted for his administrative zeal. His tabula would be a table, list, or account-book.

2.  Note this is Syracuse, not Saragossa



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top