Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [R4v p264]

Sur l’ancienne coustume d’espouser.

Trop grande liberté des filles.

Quand on vouloit une fille espouser
Au temps passé, la coustume estoit telle
De la mouiller d’eau claire & l’arroser.
Pourquoy cela? C’estoit un signe, qu’elle
Estoit pudique & entiere pucelle.
Mais qui sauroit d’une friande entendre
Menuz secrets: Quantesfoys par cautelle
Au sot mary se fait pucelle tendre?

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [R5r p265]

Narration Philosophique.

ENvers les anciens toujours la reli-
gion a éte en tel pris, que personne
sans l’aprobation des Dieux par
quelque sacrifice, ne se ruoit en maria-
ge. Or avoit on accoutumé de jeter de
l’eau sur la nouvelle epouse: a ce que la pu
dicité de sa premiere vie ne fut cachée en
tenebres, mais mise devant les yeux de
toute la ville: & qu’elle méme aussi fut
cy apres plus préte à se bien gouverner.
Et avient communement, qu’on se pro-
met au reste du mariage quelque chose
de bon de la chasteté de celle, qui en jeu-
nesse par longue suite d’actions vertueu
ses, a acquis nom immortel d’honeteté.
Or en la vieille Loy, que Dieu bailla à
Moise, il fut estimé chose de si grand pois
que la femme vint a la maison du mari
sans aucune tache d’impudicité, que par
la Loy permis étoit au mari qui doutoit
de la bonne renommée de sa femme, &
avoit soupçon de quelque folie faite avant
le mariage, d’en faire complainte au con
seil, & revoquer la premiere chasteté en
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [R5v p266]proces d’honneur. Car veritablement l’e-
sprit feminin a quelque montre de vertu,
laquelle toutefois & avec le tems, & par
plusieurs accidens tumbe, & ne peut tenir
son lieu entre les hommes. Car de combien de
voiles de simulation pensons nous leur
naturel étre envelopé, mettans plus de
soin & de tems à certaines flateries exte-
rieures, qu’à conserver une vraye amitié?
Et ne faut incontinent appeller celle qui a ve
cu en son privé, sage & pudique. Car tout
ainsi qu’on disoit aux brigues, une nuit en
trejetée gate tout: aussi bien souvent en un
moment elles perdent ce que par longue de-
monstration d’honéteté elles auront acquis.
Car tout ainsi que les Poëtes non seulement
s’efforcent de plaire en une partie de leur
Comedie, mais jusques a la fin: aussi ja-
mais celle la n’emportera le bruit de continen-
ce, si elle n’arrive au dernier de son aage
avec titre d’integrité. Mais comme de tous
espris, aussi de celuy des femmes le juge-
ment est difficile: & ne peut celle la guar-
der long tems opinion d’honnéteté, que mét
tout son bien en façon d’habis, danses, as-
semblées, & desir des choses de fortune.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top