Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V3v p310]

Au puis, ou disoit Democritus verité étre cacheé.[1]

En vain tu tache à faire remonter
La verité au fond du puys cachée:
Force luy fut d’avec nous s’absenter
Etant ainsi par les hommes faschée.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V4r p311]

Narration Philosophique.

AUcun se pourra émerveiller, qui a
meu Democritus à dire que la ve-
rité se’toit [=s’etoit] retirée de nous, & se ca
choit au fond d’un puis, sans nous laisser
l’usure de sa conversation: combien toutefois
qu’anciennement, les ages de tant de grands
personnages ayent éte emploiés à la per
quisition d’icelle: & qu’aujourdhuy se
trouvent plusieurs, qui s’estiment verser
grandement en icelle. Est ce pource qu’in-
continent que nous venons à céte lumiere,
nous sommes remplis de tant d’erreurs du
vulgaire, que le fort de verité & de ver-
tu, que nature nous avoit donné premiere
ment en notre charge, est entierement oc-
cupé par opinions depravées? Est ce pour
ce que nous sommes suffoqués des undes
de tant d’avis, qu’en nous la lumiere de
nature, s’étaint si que verité obeit à men-
songe, & la vertu à une opinion obstinée.
Est ce pource que l’esprit regnant en l’homme
pris prisonnier par les voluptés du cors,
comme par les barbares, se passe aisément
de sa patrie & sepulchre de ses majeurs,
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V4v p312]& ne se soucie de retourner a céte belle
cité de vertu. Est ce pource qu’il avient
souvent, que les grands espris demandent à
contredire: & en traitant les sciences
s’étudient plus à leur gloire privée, qu’à
la lumiere de verité, & n’estiment rien si
non ce qu’ilz auront inventé chés eux? Est
ce pource que celle opinion que premie-
rement nous avons prisé ne nous échape
jamais: & notre erreur nous delecte long
tems. Est ce pource que nous ne jugeons
rien meilleur, ou plus brave que les prin-
cipautés & la gloire populaire: & par l’i-
mage d’une louange fainte nous cou-
vrons le point d’honneur: que mémes
souvent en bonnes actions nous suivons
plus tot le peuple pour maitre, & la mul-
titude consentant à vice, que la sagesse, la-
quelle toutefois est le plus excellent don
que Dieu aye fait à l’homme. Est ce pource
que nous brulons de telle avidité d’avoir
que nous n’estimons vie aucune sans ar-
gent, & jugeons les biens de l’esprit étre
de tant desirables, qu’ilz font à s’enrichir
amasser. Socrates qui premier à revo-
qué la Philosophie des choses occultes,
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V5r p313]esquelles s’étoient empechés les anciens
Philosophes devant luy, estimoit n’avoir
éte pour autre chose jugé par Apollo le
plus sage de tous les hommes, si non que
par ce qu’il faisoit profession, & se van-
toit ne scavoir rien: pensant étre grande
sapience, ne s’attribuer savoir ce qu’on
ne sçait pas. Laquelle opinion étant de-
mourée en la téte de ceux qu’on disoit
les nouveaux Academiques, ont constam-
ment affermé rien ne se sçavoir certaine-
ment: & élognoient la verité, de l’avis
& opinion des hommes. Lesquelz en-
cores que plus tot (comme on peut co-
gnoitre de leur propos & maniere de vi-
vre) par envie de trouver la verité, que
par quelque passion d’esprit jugeassent
des choses, si mirent ilz ce but en leur
discipline, d’oter le jugement de toutes
choses comme non cogneuës. Et nous des-
quels les espris seront perturbés en main-
tes sortes, que devrons nous plus tot en-
treprendre, que de nous guarder d’avoir
les choses incertaines pour certaines? &
que nous usions de telle moderation en
tous noz discours, de ne juger d’aucun
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V5v p314]chose sinon par conseil? Mais en quelque part, que
tu adresse tes cogitations, que trouveras tu aux hom-
mes de maintenant, sinon une varieté & inconstance?
Car à fin que nous laissions le droit Civil, & les au-
tres sciences qui sont baties d’opinions, combien trou
vons nous de differentes familles d’hommes, qui sen-
tent autrement & autrement de la religion? & per
sonne ne veut facilement croire, si non ce que nul ne
croit. Mais si Dieu nous eut tous unis par un acord
d’opinions, revoquant à un lien, ce qui est espars di-
versement par les espris des hommes (chose que je ne
espere pas du tout) bien aisement la verité qui semble
à plusieurs fort obscure, fut sortie du puis de Demo-
critus en la lumiere du monde. Et combien que selon le
cours de nature verité ne puisse étre qu’unique, si ne
trouveras tu personne de ceux qui sont ainsi differens
en opinions, qui ne juge son avis veritable. Pour
tant comme en toutes autres choses, aussi certes en
la religion toutes diversités d’esprits sont perilleuses
Et qui les permet induit en l’eglise chose, pernicieu-
se, a sçavoir confusion & varieté. En quoy faut
moins pardonner a ceux qui envers tous soutiennent
grande espetation de méttre la chose publique en
bon état, par la negligence desquelz toutefois les
semences de toute la religion sont aneanties & suf-
foquées.

Notes:

1.  Cf. Junius, Emblem LIII ([FJUb053]); and La Perriere, Morosophie, no. 48 ([FLPb048]).



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top