Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V6r p315]

Au cheval ferocieux.

Contre ceux qui sont trop élevés
& braves.

Si un roussin en qui gloire surmonte,
Ne veut souffrir harnois, bride, ne selle:
Soit mis es mains d’un piqueur qui le domte,
Lors deviendra plus doux qu’une pucelle.
L’homme qui fait d’honneurs son ame ancelle,
Et peu à peu ne se veut recognoitre,
Soit mis au parc de raison naturelle,
Pour mieux juger de son état & étre.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V6v p316]

Narration Philosophique.

PAnetius racomte que P. African
avoit accoutumé de dire, qu’on de-
voit mettre les chevaux trop braves
pour quelque opinion de leurs trium-
phes & victoires, entre les mains de pi-
queurs, donteurs de chevaux, à fin qu’ils
deviennent plus dous & faciles: aussi que les
hommes trop elevés pour leur heur & ri-
chesses, devoient étre menés au parc de
raison & de conseil, pour une fois voir l’in-
constance de fortune & l’infirmité de la na
ture humaine. Car à ceux qui ont fortu-
ne plus à leur commandement, tout évene-
ment leur est dur: mais au contraire ce-
luy duquel la vie à éte agitée par diver-
ses undes de facherie, se montre plus faci-
le à quelque accident nouveau. Il est écrit
que Sejanus aiant autrefois éte consul, étoit
en si grand credit vers Tiberius Cesar, que
préque toute la chose publique se gouver
noit sous sa main. Cetui ci en choses pro-
speres n’estimoit avoir besoin de chose qui
appertint à bien & heureusement vivre.
Mais parce que souvent il avient que ceux
qui en leur grand eur prennent plaisir à enra-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V7r p317]ger, venant quelque infortune reviennent faci-
lement a soy, par une subite tourmente il de
cheut de toutes ses esperances. Car étant ac-
cusé d’avoir pillé la pecune publique fut en
fin puni de son ambition, & par la sentence
des juges condamné. Or c’est [=cest] eage notre est
pleine de certains personnages, qui s’occu-
pent tant à l’ambition, qu’ilz ont toutes leurs
façons dependentes de la fortune: & ne
desirent riens, si non ce qui est sous l’apro-
bation du vulgaire. Ils se sont proposé
un méme but que les Cirenaïques, de mé
tre la felicité à tenir dignités: & manier
le peuple par harengues a son plaisir. Les-
quels s’ils peuvent en fin pervenir à l’état
que tant ilz brigoient, tu les verras tant
peu constans, qu’ilz s’estimeront quasi
autres qu’au paravant pour céte accession
d’honneur: & ne penseront étre loisible
de retenir l’amitié de ceux lesquels avant
telle dignité ilz avoient pour leurs amys.
Miserable certes la condition de telles
gens, qui seulement louent les choses que ja
mais sage ne desira. Ils font aussi si grand
cas d’étre monté de menu peuple a l’or-
dre des Senateurs, qu’il [=ils] estiment toutes
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [V7v p318]les choses lesquelles ilz avoient grandement aymées &
pratiquées étre maintenant de sous eux, & non conve
nables à céte dignité nouvelle. S’ilz avoient pensé que cé
toit [=c’étoit] chose honnéte de saluer ceux qui leur avoient fait la
reverence, à céte heure comme enregitrés au nombre des
Dieux immortels, estiment étre chose facheuse & in-
digne de leur authorité de rendre ce salut. Acheminés
en quelque lieu ilz tournoient librement leur veuë
ça & la: à céte heure comme ayans aquis quel-
que chose par dessus toute mortalité, se portent
tant bravement, qu’ilz ont cela pour un peché de
jeter leurs yeux sur quelcun en signe d’amitié. Ils
se gratent d’un doit, à fin que par céte note ilz soient
separés du vulgaire. Car il n’est pas decent, que
ceux que ont principauté sur le peuple, luy soient sem
blables en meurs & opinions. Gens, certes ineptes,
qui obscurcissent par une couverture de vaine gloi
re, ce qui plus reluit en noz espris. Car ilz ne sont
tels que nous ignorions quels ilz sont, ou que nous
ne prisions plus les ornemens de vertu, que leur
Appianité ou Lentulité.[1] Mais y a il homme tant
ignare en toute chose, qui pense telles inepties pou-
voir adjouter quelque chose à la splendeur & dignité
de l’homme, lesquelles encores que plusieurs estiment,
si suis je bien certain, qu’entre les doctes personnes
n’en fera comte.

Notes:

1.  Appietas and Lentulitas (‘Appianism’ and ‘Lentulism’) were words coined by Cicero (Ad Familiares, 3.7.5 ) to express the attributes of a pronounced aristocrat. The family Lentulus (of gens Cornelia) were prominent Roman aristocrats, as were the family Appius (gens Claudius).



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:

  • adolescent, young woman, maiden [31D13] Search | Browse Iconclass
  • Friendliness, Gentleness, Affability; 'Affabilità, piacevolezza, amabilità', 'Animo piacevole, trattabile & amorevole', 'Benignità' (Ripa) [57A77] Search | Browse Iconclass
  • Honour, Glory; 'Ampiezza della Gloria', 'Gloria', 'Gloria de prencipi', 'Gloria & Honore', 'Honore', 'Sublimatà della Gloria' (Ripa) [59B31] Search | Browse Iconclass
  • Pride, Loftiness; 'Alterezza in persona nata povera civile' (Ripa) [57AA64] Search | Browse Iconclass
  • Reason; 'Ragione' (Ripa) [52B51] Search | Browse Iconclass
  • Vehemence, Violence, Fierceness; 'Sforza con Inganno', 'Violenza' (Ripa) [54AA4] Search | Browse Iconclass

Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top