Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Y5v p346]

A Hesiode dormant.

Les Dieux vendent tout par labeur.

Dy moy de grace, o toy Poëte Ascrée
Si en dormant aux mons de Thessalie,
Tu as receu de la Muse sacrée,
Le gentil don de noble Poësie?
Veine prisée & sur toutes choisie,
Sçavoir nommé entre les mieux apris,
Ne viennent pas par songe ou fantasie:
Mais labeur est le seul guerdon & pris.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Y6r p347]

Narration Philosophique.

ON dit qu’Hesiode apres avoir fait
quelques tours par l’Helicon de-
vint Poëte. Et Ennius se vantoit
que l’ame d’Homere luy avoit éte infuse
dedans le cors en dormant. Car c’étoit
une vielle opinion, & venue des tems
anciens, que les ames, qui delivrées des liens
de ce cors étoient venues au ciel, de rechef
par le commandement de Dieu immor-
tel, retournoient en noz cors. De laquel-
le opinion Pythagoras grand Philosophe
fut le prince. Mais qui est celuy tant fa-
vorisé de Dieu, que sans aucunes veilles,
sans étudier, & quasi faisant autre chose,
se soit trouvé instruit de toutes les sciences
qui tombent en cognoissance des hom-
mes? Les histoires dient que Salomon
obtint don de Dieu d’étre fait sçavant
aux choses humaines & divines: & fut
tant excellent en la varieté des sciences,
que doctement pouvoit disputer de tou-
tes choses qui tumbent en question, ou
sont comprises en la nature du monde.
Mais comme cela fut donné à Salomon,
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Y6v p348]duquel l’honneur & avantage étoit cheri de
Dieu, aussi ne nous sera permis étans char
gés par Jesucrit d’aymer la paouvreté &
mépriser les choses externes. Pourtant
celuy qui est ainsi né, de n’avoir en ce
monde chose plus desirable que la science,
à peine pourra il pervenir a ce but, s’il ne
s’adonne a cela de tout son labeur & pei-
ne. Car si nous voulons ramentevoir ceux
qui noz ont laissés ces béaux monimens
des letres, qui étoit celuy d’entre eux qui
fut remis, & qui d’incroiable diligence
ne fichat son esprit aux livres. Nous a-
vons ouy que Pline, celuy qui a compo-
sé les lures [=livres] de l’histoire naturelle, disoit
tout tems étre perdu qui ne s’emploioit
a l’étude. Et les Philosophes aians opi-
nion que la science des choses grandes,
ne se pouvoit aquerir sans grands labeurs,
degoisoient en leurs écoles jusques au der
nier point de leur aage. Aussi Isocrates
écrivit en l’an nonante & quatre de son
age le livre qu’on nomme Panathenaique.
Et l’extreme vieillesse n’eut tant de pou
voir sur Gorgias de le revoquer de conten
tion des études: quoy faisant vint jus-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [Y7r p349]ques au cent septieme an. En quoy si un
homme Grec & de telle erudition de pou-
voir disputer bravement de toutes cho-
ses proposées, mit tant de peine: qui est
celuy qui pourra étre sçavant par un
songe d’une nuit. Mais il en y a qui en
apprenant sont si dextres & habiles, qu’on
les penseroit plutot se souvenir, que d’ap-
prendre ce qu’ilz n’entendirent jamais.
Et ceux qui sont si tardis de nature qu’ilz
n’avancent rien sinon bien tard, & qua-
si au mal gré de Minerve: ilz sont plus
empechés à cest affaire, mais en fin ilz
apprenent. Car il ny [=n’y] a rien qu’on ne puisse
avoir par labeur, & à ceux qui s’emplo-
ient, l’esprit préte & se rend obeissant. Et
nous avons ouy parler de plusieurs Em-
pereurs, qui en choses deesperées sont en-
trés en telle fiance, qu’ilz s’atendoient
par labeur & longueur du siege prendre
les villes qui sembloient étre imprena-
bles par art, ou assiete, & nature du lieu,
se que souvent contre l’avis des hommes
ilz raportoient la victoire en leur maison.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top