Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [A7v p14]

L’homme propose mais Dieu dispose.

4

Ce que l’homme propose
En son entendement:
L’Eternel le dispose,
Souvent tout autrement.

Embleme d’un paisant & d’un avaricieux.

Envoyé a illustre Seigneur A. P.[1]

POvreté qui rend la pensee
De divers ennuits oppressee
Souvent contraint le povre à faire:
Vilain & deshonneste affaire.
A ce propos un jour advint
Qu’un paisant tant povre devint
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [A8r p15]Qu’il alla vers maints à recours,
Mais d’un seul ne receust secours:
Dont se trouva par telz reffus
Triste, miserable, & confus.
Cest homme ainsi espouvanté
Feust du malin diable tenté
Si fort, qu’il osa entreprendre:
De s’aller par desespoir pendre,
En fin pour son intention
Mieux mettre en execution
Alla descendre dans un creux
Asses obscur & tenebreux.
Or ainsi qu’il alloit chercher
Endroit pour sa corde attacher
Par la permission de Dieu
Il advise en ce mesme lieu
D’escuts luysants un grand monceau:
Tassez dedans un gros vaisseau.
Si le gallant receust grand joye
Se voyant d’or telle montjoye,
Celuy assez le pensera,
A qui tel cas escheu sera.
Tant y ha que son fol vouloir
Feust bien tost mis en nonchaloir,
Et joyeux cest or emporta:
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [A8v p16]Qui si à point le conforta
Au lieu duquel il laissa la,
Son cordeau: & puis s’en alla.
Or le Sainct escrit veritable
Nous dit ceste chose notable,
Que l’avaricieux n’ha rien
Plus cher que le bien terrien:
Et ha tousjours son coeur fiché,
La ou son tresor est caché:
Ainsi pour noz erres reprendre
Monseigneur, il convient entendre
Qu’un riche homme plein d’avarice
Avoit en ce lieu tant propice
Ce tresor precieux caché,
Qui feust plustost pris que cherché.
Ce dequoy l’avaricieux
Estoit craintif, & soucieux,
Pourtant il voulust arrester:
De l’aller un jour visiter.
Feust dit, feust fait. Il s’achemine,
Avec sa triste, & brusque mine,
Et tant fit qu’il s’est adressé
La ou son or avoit mussé.
Dedans ceste caverne obscure
A coup de descendre prist cure,
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [B1r p17]Ou plustost ne feust arrivé
Qu’à ses piedz son pot à trouvé,
Vuide des beaux escus luysants
Si aggreables, & plaisants,
Que l’aise qu’il heust pu avoir:
C’estoit seulement à les voir.
Mais en la mesme heure & journee
C’este [=Ceste] chance feust bien tournee,
Car (ayant les yeux remplis d’eau)
Au lieu d’eux il prist le cordeau,
Duquel (le povre homme esperdu)
Miserablement s’est pendu.
O Seigneur, O Dieu redoutable
Ta providence est admirable,
Cil qui n’avoit de mort envie
S’est ravy soymesme la vie,
Et cil qui se vouloit occire:
Tu as gardé de mort O Sire,
Luy donnant bien non esperé:
A l’autre obit non desiré.

Notes:

1.  Ami Perrin, Syndic of Geneva, friend and protector of Gueroult (as identified by Devaux, 1937).


Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top