Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [e1r p65]

Ultorem ulciscitur ultor.[1]

Revenge repays the revenger.

Si Charles vi. de ce nom Roy de France, fut par trop  [M]
afeccionné, à venger la querelle d’Olivier de Clisson son
Connestable, contre Pierre de Craon, aussi ne lui en print
il pas bien: (ainsi qu’il avient souvent de trop grande
avidité de vengeance, & de faire son propre de querel-
le d’autrui). Car se mettant es chams à grosse puissance

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [e1v p66]

tirant en Bretaigne contre le Duc (adonq chargé d’a-
voir retiré ledit de Craon) avint qu’en la forest du Mans,[2]
un certein povre homme inconnu se getta entre deus ar
bres, & arrestant tout court le Roy, tenant son cheval
par les resnes, lui dit tout haut telles paroles, Roy ne
chevauches plus avant, mais retournes : car tu
es trahi.
Chose qui estonna merveilleusement le Roy,
de sorte qu’il mua & fremit tout de creinte (joint qu’il
estoit jeune homme, assez debile & febriticant) ce
neanmoins telle avanture mesprisee par les Princes, &
marchans tousjours avant avec le Roy, comme ils se trou-
verent hors de la forest à pleine chaleur, suivoient aussi
derriere le Roy deus de ses pages, l’un apres l’autre, le
premier desquelz portoit en teste son Timbre, & l’au-
tre qui le suivoit, sa Lance à fer esmolu. Ainsi donques
le dernier page se venant à endormir, lui eschappa la
Lance Royale des mains, laquelle tombant donna du fer
sur le Timbre que portoit l’autre page devant, de manie-
re qu’au bruit du coup d’icelle Lance sur ledit Timbre,
soudeinement le Roy, (encores tout fantasié du rencon-
tre de l’homme inconnu susdit) commença en sursaut à
tressaillir de frayeur, & de telle sorte que tout furieus
tirant son espee pour fraper de tous cotez, sans avoir
connoissance de personne, & pensant estre entre ses en-
nemis en bataille, se print à crier : Avant, avant, sur
ces traitres
. Auquel cri, les pages se retirans de de-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [e2r p67]vant lui, toutefois le Duc d’Orleans son frere estant assez
pres fut poursuivi du Roy, à toute bride, l’espee au poing,
tellement que sans la grande vitesse dont il se sauva, il
estoit en trop grand danger de sa personne. Finablement
tant se travailla le Roy, que venant quelquefois apres
à se lasser, comme fit aussi son cheval qui n’en pouvoit
plus, fut saisi le Roy par un Chevalier, & apres dou-
cement remené au Mans, en telle extremité de lan-
gueur, qu’on ne savoit s’il en eschaperoit, au moyen de-
quoy, le voyage estant rompu, & la gendarmerie re-
tiree, demoura sa personne depuis tout le reste de ses
jours valetudinaire & tant sugette à intermittente fre-
nesie, que ce fut chose miserable de tel inconvenient,
& mesmes pour l’infortune & malheur de son povre
Royaume, lequel à cause du moyen & entreprinse sus-
dite se sent encores de sa calamité.

[Marginalia - link to text]Froissart.

Notes:

1.  This pictura is accompanied by the motto ‘Nescia mens hominum fati’ (The mind does not know the fate of men) in the 1551 edition.

2.  In 1392, an attempt was made to assassinate the Constable de Clisson by Pierre de Craon, at the instigation of Duc Jean V of Brittany (sometimes numbered IV). In order to punish the latter, Charles VI, accompanied by the Constable, marched on Brittany, but it was on this expedition that the king was seized with madness, as recounted in the text above.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top