Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E7v]

Le courroux rappaisé, ne restablit l’offense.

Quand le cerf est blessé jusqu’au mourir
De riens ne sert que l’arc soit desbendé,
Car pour cela n’en peult estre amendé,
L’arc desbendé ne le scauroit guerir.

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [E8r]

QUand nous avons quelque rancune ou hayne,
Jectant propos & parolle villaine
Contre ung prochain, nous sommes les chasseurs,
Apres le cerf dans le bois pourchasseurs,
Dont il advient quand ainsi nous chassons
L’homme hay, tresfort le menassons
De le tuer, & tant croist la menasse,
Qu’il est blessé: O la piteuse chasse,
Il est navré aulcunesfoys si fort,
Qu’on n’y attend remede que la mort.
Il est navré maintesfoys par les armes,
Par les trenchantz des cousteaulx & guisarmes.
Il est navré maintesfoys par la langue,
Quand contre luy elle faict la harangue
D’inimytié, qui est intollerable,
Et en ce cas elle est à l’arc semblable,
Qui sans cesser se mect à descocher,
Pour en navrer l’ame, & le corps tant cher,
En detractant la personne nommée,
En luy ostant sa bonne renommée,
Puis peu à peu la hayne se desbende,
Mais nostre dieu expressement commande,
Que nous soyons bien reconciliez,
Et par amour & charité liez
A ce prochain, car riens ne sert de dire
A luy n’ay plus aulcune hayne ou ire.
Pense chascun à la sentence vraye,
L'arc desbendé ne guerit pas la playe.

Notes:

1.  Cf. Vergil, Aeneid, 4.69ff., where Dido’s grief is compared to the wound of a stag.


Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top