Switch to Dual Emblem Display

Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H6v p124]

A la statue d’Hercules estant au desert,
Selon Xenophon.

Le train de vertu en jeunesse.

A Herculés errant par la contrée
Ces deux sentiers luy ont faict ouverture[1]
L’un de plaisir, spatieux à l’entrée
Et sur la fin cachant la mort obscure.
Mais de vertu la voye incomparable.
De prime face étoit rude & terrible,
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H7r p125]Et se monstroit à tous si peu aymable
Qu’on l’estimoit quasi inaccessible:
Mais sur la fin finissoit en planiere
Donnant à tous d’esperer bon presage:
Et promettant la recompense entiere
Des maux souffers sur le premier passage.
C’est d’un enfant l’exemplaire & image
Lequel vertu doit tenir en saisine.
Soignez vous donc au premier de son aage
Qu’à volupté ne se donne & resigne.

NARRATION PHILOSOPHIQUE.

HErcules étant encores jeune, com-
me dit Xenophon, s’en alla en un
desert, & la seant entra en un grand
doute, pour veoir devant ses yeux deux
chemins, l’un de vertu, l’autre de volupté
auquel des deux il luy étoit plus commo-
de de s’acheminer. Or luy étant né à toute
grandeur, par nulles delices peut étre per-
suadé par céte viande de tout mal volupté.
Et tant commanda sur luy, qu’en toute action
suyvoit vertu pour capitaine par le moyen
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H7v p126]de laquelle en toute force & gloire mit
à fin la farce de céte vie jusques à plaudi-
te. Car il purgea le monde de mauvais
monstres, qui tenoient les passages: &
tant merita de gloire par les siennes vi-
ctoires, qu’il fut nommé le vainqueur de
mal, & mis au roolle des Dieux qu’on
dit avoir éte menés au ciel par merites.
Telle étoit la bienveillance de la poste-
rité, de donner ce jugement à ceux, qui
avoient illustré leur nom par quelque
proësse, qu’elle estimoit place leur étre
guardée au ciel, ou meneroient heureuse-
ment vie eternelle avec les dieux immor
telz. Dont ce que dit étre avenu à Hercu-
les encores enfant, les jeunes gens en peu-
vent faire essay sur eux, que sur leurs pre-
miers ans ilz deliberent quelz ilz veulent
étre à l’avenir. Laquelle deliberation en-
cores qu’elle soit difficile aux enfans, la
chose toutefois se pourtera bien, si sur
tout ilz choisissent la maniere de vie, en
laquelle vertu reluyt plus. Ce qui n’est
comme je pense difficile à ceux ausquelz
les peres laissent leur gloire en heredité.
Car il avient naturellement, que les en-
Link to an image of this page  Link to an image of this page  [H8r p127]fans s’emploient plus en ce que leurs pe-
res auront aymé. Mais ceux ausquelz na
ture n’a fait tant de bien, parce qu’ilz n’ont
gens de leur maison, desquelz les fais &
dis ilz puissent raconter à leur honneur,
prenent avis sur les autres familles, &
suyvent ceux qui avec céte tant belle gou
vernante de villes Vertu ont acquis lo
uange immortelle. Car qui est celuy tant
suffoqué d’opinions du populaire, à qui
l’elegance de vertu ne reluise plus que la
volupté? Et certes ceux qui se gouvernent
ainsi que mémes le peché les delecte, en-
cores qu’il ny ait cause, encores donnent
ilz le premier lieu à la vertu, & se fachent
& ennuient de leurs méchancetés.

Notes:

1.  An allusion to Vergil, Aeneid, 6.540.



Iconclass Keywords

Relating to the image:

Relating to the text:


Hint: You can turn translations and name underlining on or off using the preferences page.

 

Back to top